Ecrivains-en-herbe


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mademoiselle A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Babou
Moulin à paroles


Féminin
Nombre de messages : 6519
Age : 54
Localisation : Correns, VAR.
Emploi : femme de ménage, entre autres !
Loisirs : tous les petits plaisirs de la vie !
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Mademoiselle A   Sam 8 Juin 2013 - 17:01

Une nuit, je fus réveillée car j’eus le sentiment désagréable d’une présence dans la chambre. Comme je dors les volets ouverts et que l’aurore n’était pas loin, il y avait une légère clarté dans la pièce. Je sentais également une gêne persistante dans les jambes, comme un picotement lorsque les membres sont restés immobiles trop longtemps. Je me mis assise et tendis le bras pour les masser. Qu’elle ne fut pas ma surprise en me redressant d’apercevoir une forme à l’endroit même où je m’apprêtais à poser la main ! Je me frottais les yeux, persuadée l’espace d’un instant d’être encore en train de rêver. Mais non ! L’ombre était bel et bien là ! J’étais tellement surprise qu’il ne me vint pas à l’esprit de crier. Soudain, un rire enfantin retentit de manière inattendue, telle une source qui jaillirait en plein désert : avec une force insoupçonnée. Je tournais la tête vers mon compagnon de lit, mon amoureux quoi, et m’étonnais de ce que le bruit ne l’ait point réveillé.
- Ne t’inquiète pas ! Il ne peut pas m’entendre, encore moins me voir : toi seule le peux ! affirma une toute petite voix enjouée.
- Mais … qui es-tu ? demandais-je, rassurée par le si jeune timbre.
A ce moment-là, je sentis un mouvement sur mes jambes : l’ombre s’approchait doucement et vint s’asseoir sur mes cuisses, sans me quitter du regard, un lumineux sourire posé sur ses minuscules lèvres. Comment vous expliquer sans passer pour une déséquilibrée ? Je vais pourtant tenter de le faire, car il s’agit là d’une rencontre vraiment exceptionnelle, je vous assure.
C’était une toute petite fille. Toute petitounette, mais déjà tellement ravissante ! Et … je la connaissais ! Je lui souris et me risquais :
- Bonjour, toi ! Tu es encore plus jolie que sur la photo de l’échographie en 3D, tu sais. Je peux savoir ce que fais-tu là ?
Elle me dévisagea longuement, sans cesser de sourire. Elle se lova tout contre moi et ses petites mains caressaient mes flancs. Nous restâmes quelques minutes ainsi, sans parler, profitant l’une comme l’autre de ce moment d’une infinie douceur puis, elle se recula, s’installa confortablement sur mes genoux et reprit :
- Et toi, tu es ma Babou. Moi aussi je te connais : j’ai déjà entendu ta voix, tu sais ! Et puis, Maman et Papa parlent souvent de toi. Enfin, Papa, c’est surtout pour se moquer gentiment de ta manière de te garer …
J’éclatais de rire à l’évocation de mon gendre. Il est vrai qu’en général je suis assez partisante du : comme j’arrive, je me gare ! La petite fille rit elle aussi et m’adressa un clin d’œil. Je la dévorais des yeux. Jamais aucune rencontre ne m’avait fait cet effet là ! Le surréalisme de la situation n’avait rien à envier ni à sa magie, ni à sa grâce. Mais, comme face à tout événement extraordinaire, il faut savoir raison garder. Imperceptiblement, mon regard dû changer car ce tout petit bout de fillette m’apostropha :
- Tu as l’air fâché ?
- Non, pas du tout … Pas fâchée, bien au contraire ! Etonnée, très étonnée, ça oui … Dis-moi, ça t’arrive souvent de fuguer ainsi du ventre maternel ?
- Ben … c’est la première fois mais c’était un cas d’urgence !
- Tu m’en diras tant : un cas d’urgence ?
- Oui, et même que c’est à cause de toi si je suis ici, ajouta-t-elle dans un souffle.
- De moi ? Et comment pourrait-il s’agir de moi, jeune demoiselle ? demandais-je amusée par son aplomb.
Elle semblait gênée de poursuivre. Un voile de tristesse passa dans ses jolies mirettes. Elle soupira. Pour se donner de la contenance, elle jouait avec ses orteils. Je soulevais son menton délicat, posais le plus délicatement possible mes lèvres sur sa joue et dis :
- Allez, vas-y … explique-moi tout ! N’aies crainte, je ne te jugerai pas.
Rassurée, elle planta ses grands yeux marron dans le bleu des miens. Tout à coup, elle paraissait plus mature, plus sérieuse.
- Tu te souviens, Babou, quand le médecin a découvert qu’il y avait un problème avec ma veine de Gallien ?
Une larme coula sur ma joue, malgré moi au souvenir de cette effroyable nouvelle. Je me souvins du coup de téléphone de ma fille m’annonçant la chose, de nos sanglots, de nos espoirs, de nos doutes, des heures passées à en savoir plus sur cette malformation … jusqu’au jour béni où le neurologue apprit à ma fille qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter outre mesure. Ces moments de cauchemar étaient fort heureusement derrière nous.
- Oui, je n’ai rien oublié mais je ne vois pas bien le rapport avec ta visite …
- J’y arrive … Tu te souviens aussi que, du coup, y’a plein de gens qui se sont mis à prier pour moi ? Même des gens qui ne croient en rien ?
- C’est vrai. Tu sais, il y a des moments dans la vie où tu te raccroches à ce que tu peux, parfois aussi la prière, même pour des personnes qui ne croient pas … Mais, je ne vois toujours pas où tu veux en venir, ma douce !
- Eh bien … si ma mémoire ne me trompe pas, il me semble que toi tu as adressé une requête un peu spéciale à … comment tu dis déjà ? Ah oui, c’est une expression que tu as chipé à ton frère : ton copain l’aviateur ! dit-elle dans un éclat de rire.
- Certes oui, et où est le problème ?
- Ben … ça se fait pas ! affirma-t-elle d’un ton sans appel.
- Ah non ? Et pourquoi donc, je te prie ?
- Ben … pour plusieurs raisons. D’abord, lui, c’est pas comme un marchand ambulant avec qui on peut négocier un prix et puis …
Je l’interrompis, légèrement piquée au vif :
- Mais … cela me semblait une évidence, ma toute belle !
- Ne m’interromps pas, s’il te plaît, je n’ai pas fini et, en plus, c’est pas facile à dire : tu t’énerves toujours pour un rien !
Décidemment, cette petite fille possédait déjà un sacré caractère ! Je lui souris afin qu’elle poursuive son récit en toute confiance. Elle respira longuement, comme pour mieux assurer sa tirade :
- Et puis aussi, c’est pas cool de vouloir faire ça ! C’est sans doute très généreux, mais c’est pas très sympa pour les autres et encore moins pour moi !
- Je te l’accorde mais je ne voyais pas d’autre alternative … répondis-je, presque penaude.
- Ben, comme tu vois, lui non plus a pas dû trouver ton idée si géniale que ça puisque finalement, tout est bien qui finit bien … et sans ta proposition ! Tu imagines ce que ça aurait donné si ton « deal » avait marché ? Une vie pour une vie c’est bien, mais que dans les films ou les romans, pas dans la vraie vie ! Et moi ? Tu as pensé à moi ? J’aurais grandi sans toi ? C’est vraiment pas gentil ça !
J’en restais muette de stupéfaction. Il est vrai que j’avais suggéré - à qui, je n’en sais trop rien, en fait – que si cette petite fille pouvait sortir indemne de ce gros souci de santé, j’étais prête à laisser ma place … Très égoïstement - mais était-ce de l’égoïsme ? - pas un seul instant je n’ai pensé à mes proches, encore moins à cette demoiselle. Brusquement, les larmes si longtemps contenues lors de son discours, se déversèrent sur mes joues. Ce fut à son tour de rester interdite. Ses yeux s’agrandirent soudainement et elle se jeta sur moi. Elle nicha sa petite tête au creux de mon épaule et s’excusa timidement :
- Pardon, pardon ! Je ne voulais pas te faire pleurer, ni te faire du mal, ma Babou !
- Tu n’as pas à t’excuser, je pleure uniquement sur mon inconscience, mon égoïsme.
- Arrête-toi de pleurnicher : tout va bien maintenant ! Je vais bientôt arriver au terme de mon contrat de location et tu constateras toi-même que je vais bien ! Et puis, t’es pas quelqu’un d’égoïste, ma grande sœur me l’a déjà dit ! Enfin, sur ce coup-là, un tout petit peu quand même ! souffla-t-elle en baissant les yeux.
- Tu en as de ces expressions, à ton âge ! répliquais-je en pouffant.
- Ben tu sais, en fait, nous les bébés on parle et on raisonne exactement comme vous mais comme ça vous fait plaisir de tout nous apprendre, en arrivant sur terre, on fait semblant de rien savoir ! dit-elle, en clignant de l’œil.
Je la soulevais délicatement et la serrais encore plus étroitement contre mon cœur. Je sentis ses petites menottes dans mon cou. Je la couvris de baisers, lui répétant combien je l’aimais.
- Moi aussi, je t’aime vraiment beaucoup, tu sais ! J’ai une dernière chose à te demander, si tu es d’accord …
- Tout ce que tu voudras, ma ninette !
- Quand je serais née, tu voudras bien continuer à m’appeler « Mademoiselle A » ? Même si mes parents se décident enfin pour un joli prénom, j’adore cette façon que tu as de me prénommer ! Tu veux bien dis ?
- Pas de problème, tope-là !
Elle posa sa minuscule main dans la mienne, en guise d’accord. Puis, elle m’expliqua qu’il lui fallait réintégrer le ventre de sa maman avant que celle-ci ne se réveille.
- Tu comprends, ajouta-t-elle avec un regard malicieux, je ne voudrais pas lui causer une autre frayeur …
Elle me chargea de couvrir son Papet de bisous, m’enlaça une dernière fois et disparut comme elle était venue. Ce matin-là, personne ne comprit le sourire béat qui ne quitta pas mes lèvres tout au long de la journée.

Deux mois plus tard, ma fille accoucha d’une merveilleuse petite fille en parfaite santé.
Lorsqu’à la maternité je me penchais au dessus du berceau pour l’admirer, elle ouvrit les yeux, me sourit et … me fit un clin d’œil !



Revenir en haut Aller en bas
Camille851
Moulin à paroles


Nombre de messages : 11546
Localisation : Vendée
Loisirs : Quelle question sur un site réservé à l'écriture et à la lecture !
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Mademoiselle A   Sam 8 Juin 2013 - 17:58

Adorable, Babou ! Et si plein d'émotion ! Merci à Mademoiselle A d'être la source d'une si jolie inspiration ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://marlene.manuel.free.fr
Babou
Moulin à paroles


Féminin
Nombre de messages : 6519
Age : 54
Localisation : Correns, VAR.
Emploi : femme de ménage, entre autres !
Loisirs : tous les petits plaisirs de la vie !
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Mademoiselle A   Sam 8 Juin 2013 - 18:08

Merci à toi, Camille !!!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
karameltendre
Moulin à paroles


Féminin
Nombre de messages : 8316
Age : 50
Localisation : Tarn
Emploi : mère au foyer
Loisirs : Jardinage, astronomie, histoire ancienne, etc.
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: Mademoiselle A   Sam 8 Juin 2013 - 19:45

C'est vraiment magnifique Babou, j'en ai la larme à l’œil.
Merci pour cette magnifique histoire d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
http://emoticones.editboard.com/index.forum
Babou
Moulin à paroles


Féminin
Nombre de messages : 6519
Age : 54
Localisation : Correns, VAR.
Emploi : femme de ménage, entre autres !
Loisirs : tous les petits plaisirs de la vie !
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Mademoiselle A   Dim 9 Juin 2013 - 7:11

Merci mon bonbon tendre !!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Claudy
Moulin à paroles


Féminin
Nombre de messages : 2800
Age : 77
Localisation : rhône
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture, écriture et tellement d'autres choses
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Mademoiselle A   Dim 9 Juin 2013 - 9:34

C'est tout mignon I love you
je sens que, ma Babou, qu'est ce que tu vas l'aimer celle ci, d'autant plus que vous vous connaissez déjà et que ce sera ton :sunny
:
Revenir en haut Aller en bas
http://entre-ciel-et-plume.chez-alice.fr/index.html
marie chevalier
Moulin à paroles


Féminin
Nombre de messages : 11836
Age : 74
Localisation : picardie profonde
Emploi : retraitée
Loisirs : tout!
Date d'inscription : 02/08/2006

MessageSujet: Re: Mademoiselle A   Dim 9 Juin 2013 - 14:42

eh beh!! quellle belle nouvelle que celle-là! pleine de tendresse et de trop plein d'amour
bravo Babou, mais je pense que tu n'as pas eu à forcer pour trouver les mots justes ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://marieetsesecrits.eklablog.com/
Babou
Moulin à paroles


Féminin
Nombre de messages : 6519
Age : 54
Localisation : Correns, VAR.
Emploi : femme de ménage, entre autres !
Loisirs : tous les petits plaisirs de la vie !
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Mademoiselle A   Dim 9 Juin 2013 - 15:53

Merci mes 'tite Marie et Maco !!! I love you Et ... tu as vu juste, 'tite Marie !!! thumright
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mademoiselle A   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mademoiselle A
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La famille DIOR
» potage à la courge
» Surnoms donnés à des profs...
» Gaston Lagaffe
» La femme dans la pub.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecrivains-en-herbe :: Auteurs du forum, les auteurs viennent parler de leurs livres , actualité, etc :: auteurs :: Marie Bascou-
Sauter vers: